14e Congrès de la SFA - Paris - 29-30 Septembre 2017

www.sfaudiologie.fr

Le 14e Congrès de la SFA se tiendra les 29 et 30 septembre 2017 à la Cité Internationale Universitaire de Paris, sous la présidence d’honneur de Lionel Collet. Au programme : l’impact de la déficience auditive et de sa correction sur le neuro-développement cérébral à tous les âges de la vie.

Nous avons retenu un thème qui illustre la transversalité de nos professions et l’étendue des sujets qui traversent nos disciplines respectives. En 2017, nous fêterons les 20 ans de la découverte, par une équipe française, du principal gène récessif de la surdité, responsable du plus grand nombre de cas de surdité à la naissance. La mise en évidence de ce gène récessif codant pour la connexine 26 a permis de mieux comprendre les mécanismes cochléaires de l’audition. Au-delà de la prouesse intellectuelle des chercheurs qui ont réussi à abattre une « fausse croyance », la question qui se pose aujourd’hui, est comment utiliser cette connaissance pour qu’une nouvelle génération de potentielles personnes malentendantes puisse en tirer un avantage. Effectivement, 20 ans après cette découverte et la mise en place d’un dépistage génétique, ces nourrissons identifiés porteurs d’un gène de la surdité, sont eux-mêmes, aujourd’hui de jeunes adultes pouvant avoir un projet parental. Quelle utilisation peuvent-ils faire de cette information nouvelle ?

Nous avons la chance d’accueillir lors de ce congrès des équipes françaises leaders dans ces domaines des sciences du vivant et qui pourront nous éclairer de leurs savoirs et de leurs expériences cliniques dans ce domaine. À cet égard, j’aimerais que la SFA, à l’issue de ce congrès, soit à l’initiative du développement d’un support d’information à destination des personnes concernées qui pourra être remis par les différents membres des équipes pluridisciplinaires organisées autour de la personne sourde. La connaissance du neuro-développement de l’enfant et des périodes critiques de l‘organisation des cartes corticales du système auditif central, ont permis de confirmer la pertinence de la mise en place d’un dépistage systématique de la surdité à la naissance en 2012, alors que l’intuition de cette nécessité remonte à 1968 ! Cinq ans après sa mise en place, nous aurons l’occasion de vérifier le bien-fondé de cette démarche, sur le plan médical, neuroscientifique, audioprothétique, orthophonique. Les mêmes problématiques se posent pour les adultes devenus malentendants. Autant le sens clinique montre aux professionnels de l’audition l’intérêt d’un dépistage précoce et d’un appareillage précoce de la personne adulte devenue malentendante, autant de nombreuses études scientifiques, cliniques, d’imagerie cérébrale, etc., viennent aujourd’hui le confirmer. La perte de l’audition est un facteur aggravant du vieillissement avec des répercussions évidentes sur le fonctionnement cérébral jusqu’à favoriser une forme de déclin cognitif prématuré et une perte prématurée d’autonomie de la personne âgée.

Ce congrès sera l’occasion de préciser l’impact de la surdité de l’adulte sur le fonctionnement cérébral. Cette connaissance devrait nous inciter à dégager une piste favorisant un repérage systématique des pertes d’audition dans un but de santé publique tant leur non prise en charge a un coût sociétal très fort. À cet égard, un groupe de travail transdisciplinaire devrait se mettre en place au sein de la SFA afin d’établir des recommandations sur l’organisation de ce repérage à tous les âges de la vie adulte. Ainsi, en 2017, penser comme au début du vingtième siècle que tout a été découvert et qu’il n’y a plus rien à améliorer demeure une idée fausse.

Une petite fille qui naît en 2017 a une espérance de vie de 100 ans. Souhaitons-lui de pouvoir sourire des solutions palliatives actuelles proposées tant les solutions à venir, non encore connues, seront beaucoup plus satisfaisantes. En espérant que ce congrès y contribue et que toutes les personnes pensant pouvoir apporter leur pierre y participent !

Rendez-vous, donc, à Paris, les 29 et 30 septembre 2017 !
Arnaud Coez - Président du congrès